L’informatisation va-t-elle tuer l’emploi?

http://www.courrierinternational.com/article/2011/10/20/logiciel-malin-cherche-poste-hautement-qualifie

La technologie menacerait l’emploi. Et non pas les travailleurs les moins qualifiés (ouvriers évincés par la mécnisation des usines) comme on pourrait le croire, mais bien au contraire, les cols blancs…Comme le constate le prix Nobel d’économie, Paul Krugman:“les emplois à faibles et hauts salaires ont progressé rapidement, tandis que les emplois intermédiaires – sur lesquels on compte pour soutenir une classe moyenne solide – sont restés à la traîne” ces dernières années.

Les bouleversement technologiques introduits par la création de logiciels permettant de trier des centaines de dossiers, alors que c’était le fait d’une équipe d’avocats par exemple, traduit une menace sérieuse pour  le secteur juridique. De même le diagnostic médical assisté par l’ordinateur…Les secteurs de l’édition et de la musique ne sont pas non plus épargnés. Et que dire de la presse écrite?

La technologie tend vers le progrès certes. Elle tendrait aussi vers une « démocratisation du travail » permettrant aux ouvriers de sortir de la logique tayloriste d’un travail abrutissant, allant au contraire vers une plus grande capacité d’initiative grâce aux logiciels qui s’occupent des tâches « ingrates ». De ce point de vue, il ne s’agit pas d’être technophobe, comme le souligne James Callender. Nous sommes dans une logique d’innovation permanente. Une sorte de troisième révolution industrielle permanente, basée sur un progrès illimité des nouvelles technoligies, notamment dans le secteur de l’informatique. Le progrès permet une croissance économique plus rapide grâce à une plus grande compétitivité. Aussi, des entreprises comme Medco { entreprise américaine spécialisée dans la gestion des régimes d’assurance-maladie.} ont connu une augmentation de 30% de leur productivité grâce aux logiciels de Pegasystems .

Mais on peut légitimement se demander où nous mène cette course à la productivité quand la science et la technique semblent asservies à la croissance économique. Quand la maximisation du profit des entreprises prend en compte le progrès de la Recherche et du Développement.

En outre, le problème majeur de cette civilisation technique est de confondre fins et moyens. Le monde se réduit à un outil dans un réseau. Tout est moyens et en même temps, le progrès semblent être une fin, la croissance est une fin, le travail est une fin. A l’image de Charlot pris dans les rouages de la machines, ces docteurs, ces avocats, ces journalistes qui perdront leurs emplois dans les décennies à venir sont tous broyés par « l’automatisation intelligente à grande échelle” . Ou l’idée de progrès général, pour le bien de l’humanité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s