Les biberons empoisonnés

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/11/17/ouverture-d-une-enquete-sur-des-biberons-sterilises-avec-du-gaz-cancerogene_1605520_3244.html

 « bisphenol A free »

« Un grand nombre de tétines et de biberons utilisées dans les maternités françaises seraient stérilisés avec de l’oxyde d’éthylène, un gaz considéré comme cancérogène depuis 1994.« 

Ce n’est pas la première fois que la sphère médiatique est secouée par un scandale sanitaire. Cet article évoque le problème des biberons stérilisés à l’oxyde d’éthylène, en principe interdit par la loi, habilement contournée par deux « géants » de la distribution de tétines en France. Les  recherches scientifiques avaient bien  conclu au caractère dangereux de l’emploi de l’oxyde d’éthylène dans tout type de « matériaux au contact des denrées alimentaires » (MCDA). En effet: » En 1994, le Centre international contre le cancer de Lyon (OMS) a classé la molécule d’oxyde d’éthylène dans le groupe 1 des agents cancérogènes » Pourtant les entreprises font les sourdes, et persistent à dire qu’elles n’en avaient pas eu vent, aucune commission n’étant venue interdire leur activité. Une affaire qui n’est pas sans rapeller celle du bisphénol A…

cf http://television.telerama.fr/television/ces-docs-qui-ont-change-le-monde-2-5-biberon-poison,63467.php

« En juin dernier, le Parlement a adopté à l’unanimité une loi suspendant la commercialisation des biberons contenant du Bisphénol A. Durant les débats, le gouvernement s’était engagé à présenter au Parlement un rapport « au plus tard le 1er janvier 2011, indiquant les mesures déjà prises et celles envisagées pour diminuer l’exposition humaine aux produits qualifiés de perturbateurs endocriniens ».

Nous pouvons donc souligner ici qu’aujourd’hui les pouvoirs publics doivent de plus en plus s’appuyer sur les progrès des recherches scientifiques pour légiférer efficacement. Et donc encourager et financer ces recherches, tout en favorisant la diffusion des résultats. En effet on se demande comment ces révélations alarmantes ont pu être ignorées par les entreprises de fabrication de produits aussi essentiels -et si dangereux quand contaminés!- que les biberons. Le rôle des médias (enquêtes télévisées, article dans le Nouvel Observateur) a été un facteur essentiel dans la révélation au public de la substance des recherches scientifiques, et par là-même ont constitué un moteur dans la prise de décision par les organes politiques. La mairie de Paris par exemple, avait annoncé suite à la diffusion de l’énquête télévisée sur le bisphénol A, l’interdiction d’utiliser des biberons « empoisonnés ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s