la légalisation du cannabis: un débat scientifique et surtout politique

http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-2012/20110803.OBS8064/cannabis-qu-en-pensent-les-politiques.html

Pourquoi la légalisation du cannabis divise les français autant que les hommes politiques? Plus encore, scientifiques et économistes  sont également partagés sur la question. Faut-il dépénaliser, légaliser, banaliser, encadrer la consommation du cannabis en France? Le clivage dépasse la division gauche / droite. Ainsi par exemple D. de Villepin s’est déclaré favorable à la dépénalisation du cannabis tandis que N. Sarkozy a toujours été contre. Martine Aubry et Arnaud Montebourg se disent contre à l’inverse de f. Hollande, qui prône la dépénalisation et la légalisation des drogues dites « douces ».

Tout d’abord il s’agit d’un débat touchant à la santé publique. De ce fait il est impossible de légiférer sans concertation préalable avec les médecins. Or n’a-t-on pas souvent entendu dans les campagnes de préventions menées au collège et au lycée, qu’il n’y avait pas drogues douces? D’autant plus qu’un rapport du Ministère de l’Intérieur s’intitulait « Cannabis: l’autre cancer ». En effet, certaines études, dont celle menée par Richard Beasley (Nouvelle-Zélande) démontrent que la consommation régulière de cannabis pendant une durée de 5 à 10 ans augmente par 6 le risque de tumeurs bronchiques, indépendamment des autres facteurs, tabagisme compris. « Un joint = 20 cigarettes » annoncent certaines études {cf http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/drogues/cannabis/11767-cannabis-cancer.htm. }.Dès lors comment mettre en péril consciemment la santé publique? C’est ainsi que F. Bayrou déclarait en juin 2011: « C’est une grande interrogation qui est devant nous. La vérité est que notre manière de lutter contre la drogue a échoué et que donc toute réflexion doit être conduite avec la santé publique, avec les médecins, pour essayer de voir de quelle manière on peut faire reculer ce fléau », avant d’ajouter, « je ne suis pas fermé à la réflexion mais je crois que la légalisation augmenterait la consommation ».

Pourtant le comité de députés socialistes favorables à la légalisation met en avant l’échec des politiques répressives et préconise la prévention, le traitement. Aux dires de l’ex ministre de l’Intérieur Daniel Vaillant la légalisation du cannabis permettrait « grâce à l’encadrement de la production et de la distribution », d' »instaurer une politique de réduction des risques ».

Enfin l’économiste Pierre Kopp expliquait en août 2011, dans une interview au « Monde » que « légaliser le cannabis rapporterait un milliard d’euros ». Pour autant, l’économie est-elle un argument suffisant face au risque sur la santé publique? D’autant plus que la santé psychologique des européens se détériore (voir billet sur la santé mentale des Européens).

Enfin c’est une question de philosophie du droit. Comme l’écrivait Tocqueville, c’est par une série de petites interdictions au nom du bien être des citoyens que l’Etat paternel, voir paternaliste les prive de leurs libertés. Alors l’ingérence dans la sphère privée au nom du salut des individus menacés par le choix de la consommation des drogues douces aurait-elle un caractère secrètement anti-démocratique? Ou bien au contraire, refuser cette intervention serait synonyme de non-assistance à la personne en danger?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s