Le gaz de schiste: suite de l’affaire

Je voudrais revenir sur l’affaire du gaz de schiste, afin de mieux confronter les points de vue sur l’utilisation de cette ressource énergétique cruciale pour les économies des pays industrialisés comme la France ou les Etats-Unis.

Cette vidéo comprend des contre-arguments de poids. Mais plus encore, elle a le mérite de mettre en lumière comment les intérêts des groupes industriels commandent certaines décisions politiques.

Les décisions, pas vraiment démocratiques votées au Congrès sur proposition de Dick Cheney ont exempté les groupes industriels de respecter les normes protégeant l’environnement ; eau, air, terre…  « Oil and gas exemptions: safe drinking water act, clean air act, superfund law » ont permis à Encana, Cabot Gas and Oil Corporations, etc. de lancer la plus grande campagne de forage de puits de gaz de l’Histoire. Quel sera le prix à payer?

« 596 produits chimiques, un mini-séisme, 4 à 28 millions de litres d’eau potable, en tout 40 milliards de litres d’eau. Projet de 50 000 puits. » Tel est le triste constat aujourd’hui.

Quels sont les résultats? D’après l’enquête menée par le réalisateur de la vidéo à Dimock en Pennsylvanie, ils sont désastreux. « Water, water everywhere and not a drop to drink », c’est ainsi qu’il résume la situation. En effet, les habitants vivant à proximité de ces puits ont vu leur eau contaminée.  Elle n’est plus potable, elle va même jusqu’à s’enflammer outre rendre les animaux et les  humains malades…Qu’est devenue cette région autrefois si prore, si sauvage semble s’interroger l’auteur davant le désespoir des habitants, abandonnés par le spouvoirs publics et ignorés par ces groupes industriels, dont les « experts » refusent gentiment de tester le goûr de leur eau. En leur conseilant, au mieux, d’éviter tout contact. Ni douche, ni vaisselle, ne parlons pas de boire le mélange toxique.

Alors peut-on vraiment parler d’écolo-populisme pour qualifier la proposition d’interdiction des forages de puits en France? Il semble qu’il y a bien des dangers réels derrière l’exploitation de ces ressources.  A défaut de « sacraliser Gaïa », il nous incombe au moins de la respecter.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s