Le recyclage des terres rares: enjeu du développement durable

Le recyclage des terres rares, un enjeu stratégique

source: http://ecologie.blog.lemonde.fr/2011/10/17/le-recyclage-des-terres-rares-un-enjeu-strategique/

Commentaire :

 

Aujourd’hui sciences, politique et économie sont étroitement liées. En effet, la croissance économique étant devenue un enjeu majeur pour les Etats, les acteurs principaux de cette croissance sont les multinationales. En effet, s’imposer comme une puissance c’est disposer d’un poids économique certain. Voilà pourquoi, la Chine a décidé d’introduire un système de quotas sur les terres rares dont elle détient le monopole (97%). En effet si des gisements existent un peu partout dans le monde, ces nouveaux « métaux précieux » restent peu exploités car leur extraction est particulièrement couteuse et très polluante. Pourtant, les nouvelles technologies sont gourmandes en terres rares, allant des téléphones portables aux turbines d’éoliennes en passant par les écrans plats. La demande a aujourd’hui dépassé l’offre, qui s’aménuit à mesure que la Chine instaure des quotas. Poussant par la même ces concurrents japonais ou européens à la recherche de nouvelles alternatives.

Les chercheurs sont donc fortement sollicités pour élaborer des substituts à ces minéraux {17 minerais qui se nomment terbium, néodyme ou yttrium}. Pour l’instant le recyclage leur apparaît comme la meilleure solution. « Réutiliser les poudres luminophores qui recouvrent l’intérieur des lampes basse consommation (LBC) et qui contiennent plusieurs terres rares : terbium,etc. Pour l’instant, cette poudre est isolée et mise en décharge, lorsque les ampoules arrivent en fin de vie ». Or très peu d’ampoules sont ramenés dans les 19000 points de collecte sur le territoire français…Aux gouvernants donc de s’emparer de la question en responsabilisant les citoyens. Car non seulement l’extraction des terres rares est extrêmement polluante, mais en plus elle est largement insuffisante par rapport aux habitudes de consommation. Une remise en question s’impose cependant pour continuer à avancer dans les recherches. Doit on continuer la course à l’innovation en lançant régulièrement sur le marché de nouveaux produits gourmands en matériaux rares et coûteux? Ne devrait-on pas plutôt remettre en cause nos habitudes de consommation ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s